Partenaires





Annuaire

Rechercher sur le site



Accueil du site > Vie Scientifique > Evénements > Les 50 ans du LAL

Les 50 ans du LAL

Le Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire a été créé en 1955 par le professeur Yves Rocard, Directeur du laboratoire de physique de l’École Normale Supérieure (ENS) de la rue d’Ulm. Il souhaite développer des recherches sur la structure des noyaux atomiques et de leurs constituants, les protons et les neutrons, et s’est orienté vers la sonde électromagnétique. Ce développement impliquait celui de l’outil, à savoir un accélérateur d’électrons. Yves Rocard a pressenti l’importance des retombées en matière fondamentale. Il fit appel à J.-L. Delcroix pour construire l’accélérateur linéaire. La construction de celui-ci amena le groupe à quitter l’ENS, trop exiguë, pour le campus d’Orsay où le laboratoire actuel fut implanté.

Voir le site consacré à la célébration du cinquantenaire du laboratoire

Lire le numéro de L’actualité du Labo consacré aux 50 ans du laboratoire.

  • 1955 Début de la construction par tranches de l’accélérateur et de son bâtiment.
  • 1959 Premières expériences sur l’Accélérateur Linéaire.
  • 1962 Mise en fonctionnement du premier anneau de collisions faisceau-faisceau d’électrons et de positrons AdA avec l’accélérateur linéaire comme source. Naissance du projet ACO de collisions faisceau-faisceau d’électrons et de positrons. Construction d’ACO, accélérateur circulaire où est étudiée l’annihilation matière-antimatière et qui a été exploité entre 1965 et 1975 pour la physique des particules.
  • 1965-1968 Extension de l’accélérateur, construction de la dernière tranche qui a porté l’énergie de cet accélérateur à valuer maximale de 2,3 GeV. De nombreuses expériences de type faisceau sur cible ont été menées. À cette époque, la richesse de sa production scientifique a fait du Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire l’un des plus grands au monde dans le domaine de la physique des hautes énergies. Diversification par une ouverture vers la physique accessible avec des protons auprès des accélérateurs à protons (CERN, Chicago) et anneaux de collisions (Hambourg, CERN).
  • 1973 Réalisation de la chambre à bulles Gargamelle qui mit en évidence les courants neutres. Première ligne de lumière synchrotron sur l’anneau ACO. Création du Laboratoire pour l’Utilisation du Rayonnement Electromagnétique.
  • 1976 Mise en service de l’anneau de stockage et de collisions DCI pour la physique des particules et en tant que source de rayons X pour le LURE.
  • 1980 Mise en service du détecteur DM2 sur l’anneau DCI. Début de la construction du LEP au CERN en 1983
  • 1985 Toutes les machines locales (accélérateur linéaire, anneaux ACO et DCI) ont terminé leur programme de physique des hautes énergies et sont transférées au LURE. Le développement des recherches en particules demande des accélérateurs beaucoup plus grands en taille et en énergie. Le LAL s’implique entièrement dans la conception et la réalisation de différents modules nécessaires aux détecteurs et accélérateurs et participe à de grandes expériences de par le monde.
  • 1987- .... Développement de l’activité du LAL vers la physique des particules sans accélérateurs, vers l’astrophysique et la cosmologie. Utilisation de l’accélérateur linéaire comme source d’électrons pour les expériences du LURE.
  • 2001 Création de la société civile SOLEIL qui reprendra en les développant les expériences du LURE, dont la clôture est prévue à la fin de l’année 2005.
  • 2003 Le Laboratoire LURE cesse l’exploitation de ses deux anneaux synchrotrons (DCI et SuperACO) et de son accélérateur linéaire (LINAC) en décembre 2003.
  • 2004-2010 Démantèlement de l’accélérateur linéaire.